Saturday, September 25, 2004

Bienvenue

Bonjour,
ces pages sont ouvertes à tous les amis de Silver Lining ! Alors, allez-y !
A +
Silver Lining

10 Comments:

Blogger A fan said...

"Inner Dragon" de Silver Lining par Jean-Louis De La Cruz.



L'attente a été longue mais ça y est, j'ai en main le CD de Silver Lining. Le mini CD sorti 2 ans auparavant ainsi que 2 prestations scéniques dont une mémorable au CCO de Villeurbanne, en Juin 2002, m'avait laissé entrevoir le potentiel créatif et l'originalité de ce combo lyonnais. J'avais découvert un univers original et une musique pleine de lyrisme et j'attendais cet instant, depuis que j'avais appris qu'ils envisageaient d'enregistrer un CD complet.

La pochette est sympathique et sort de l'ordinaire des éternels dessins, que ce genre musical a popularisé. Le livret de bonne facture aussi, contient toutes les paroles des chansons (terme très impropre pour ce genre de pièces musicales) en anglais. Le combo est compose de un chanteur-récitant qui compose tous les textes, d'un claviériste qui a composé pratiquement toute la musique de l'album, d'un bassiste, d'un batteur, d'un guitariste et d'une violoniste, formation progressive classique donc mais avec un bonus (et quel bonus!) le violon, pas si courant que ça dans ce milieu, malgré des références illustres (King Crimson fin première période, Caravan, Hawkwind, Kansas).

Dès la première écoute, je n'ai pas été déçu. Très vite le décor est planté et on retrouve bien l'ambiance restituée pendant les concerts : guitare tantôt calme et chaleureuse, tantôt agressive, jouée en arpèges ou en rythme, violon virevoltant et majestueux, piano et synthé en solo ou en accompagnement des solistes, le tout rythmé par un duo basse batterie accompagnant parfaitement toutes les nuances de cette musique.

Les deux premiers courts morceaux où s'enchaînent le piano solo, le récit qui pose l'histoire de Florrow (c'est un concept album), une guitare au rythme lancinant et un violon déjà au septième ciel, sont le prélude à la première perle (chef d'oeuvre n'ayons pas peur des mots !) : Opaline.

Que dire de ce morceau? Par rapport au mini CD, il a été retravaillé et a pris de la pêche et du souffle. Il est, sans doute, une des pièces les plus belles que j'ai entendu depuis le temps que j'écoute de la musique. Les paroles sont empreintes de tristesses et de gravité mais la musique qui l'accompagne commence aussi dans le même registre mais doucement j'élève vers d'autres cieux. Les solos de la guitare, au son Camelien, sont pleins de délicatesse, le violon chaleureux qui l'accompagne, qui s'entrace avec elle, part dans la stratosphère en de folles envolées. Les autres instruments ne sont pas en reste non plus et le tout fait la musique pleine de douceur, de folie de changements de rythmes orchestrée par des musiciens irréprochables pour qui la virtuosité n'est pas une fin en soi.

La suite des morceaux qui s'enchaînent, est de la même cuvée, un grand cru. La guitare parfois rythmique au son ronflant presque hard, part souvent dans des solos mélodiques et brillants, le violon s'envole et s'illumine l'univers, le piano et le synthé sont aussi omniprésents pour lier le tout. Dans l'enchaînement des morceaux, on peut encore isoler (difficilement tant tout est bon), d'autres morceaux de très haute qualité : Inner Dragon (presque aussi exceptionnel que Opaline) où le piano est maître du jeu, Desert gates à l'inspiration world music avec percussions, chant oriental et guitare qui prend un solo lumineux comme le soleil dans le désert, Lovestagia qui fait penser à une pièce de "Moonmadness" de Camel avec son piano et le chant ressemblant à une rengaine enfantine et le Final qui par ses accents folks, jazzy et même funky, termine la quête de Florrow.

A la fin de l'écoute, la sensation d'avoir entendu quelque chose exceptionnel, me fait remonter à la mémoire les mêmes sensations que j'avait eu à l'écoute à la sortie en son temps de "Au dela du délire" de Ange et "Relayer" de Yes et plus récemment lors de la première écoute de "Subterannea de IQ et de "The Visitor" d'Arena.

En conclusion, un disque exceptionnel, chatoyant, plein de brio, comme on aimerait en entendre plus souvent dont on peut citer comme influence (en admettant qu'il faille en trouver) : Hawkwind pour les envolées de violons et les textes récités (époque M. Moorcock), Camel pour la guitare. Mais tout çà est bien difficile à analyser tant le groupe a trouvé un son bien à lui. Etonnant pour un premier disque, même si tous les membres ne sont pas à leur coup d'essai.

Espérons que l'enfant ne restera pas unique qu'il aura un petit frère. Quelques indiscrétions ne font dire qu'un morceau a été déjà composé en français cette fois (scoop) pour le prochain album et que notre grand maître Angélique et vénéré viendrait y poser sa voix. Prions pour ces nouveaux anges bordés d'argent, reviennent un jour sur terre pour nous dispenser leur divine musique. On en redemande !

7:43 AM  
Blogger A fan said...

Bonjour !


Nous sommes très heureux de vous avoir rencontré lors du concert de ANGE.

C'est réellement dommage que vous n'ayez pu vous produire ce soir-là... mais nous sommes certains que l'occasion se présentera (nous le souhaitons sincèrement)...

Persistez dans votre quête ! il faut continuer à croire en vous.

C'est avec un plaisir sans nom que nous avons réécouté l'album THE INNER DRAGON...

Merci de nous faire partager vos émotions !

Merci également de bien vouloir nous tenir informés des dates de vos prochains concerts.

A très bientôt sur la croisée des chemins

Serge et Patty

7:05 AM  
Blogger A fan said...

Salut Thierry !

Bienvenue sur le forum des imbibés !
J'ai acheté votre CD qui était recommandé dans le Plouc (je t'ai envoyé l'article d'ailleurs il me semble...) et je le trouve fabuleux ! C'est du très bon rock progressif symphonique d'inspiration médiévale que je recommande à tous les amateurs du genre ! (avec un violon très présent !).
"Admirez ! Admirez, Messieurs-Dames !..." (Rémi)

12:33 AM  
Blogger A fan said...

Trés bonne surprise
Philippe GAUTIER, Le Cheylas, le 11 octobre 2005

Faire du Rock-progressif lorsque l'on est français et de province de surcrois, n'est pas le chemins le plus rapide vers une quelquonque notoriété, et cela tombe bien car ce n'est certainement pas le but recherché par ces musiciens Lyonnais trés talentueux, qui nous servent cet album concept certes, bien dans les canons d'un rock progessif symphonique bien balisé, mais a la tonalitée néanmoins très personnel, l'excellente violoniste eclaire de son talent cet album des plus rejouissant; excelente surprise donc, en attendant le prochain album, qui gagneras en plus certainement en maturité, la seul petite chose qui manque peut etre a celui-ci...et encore.. Philippe

2:22 PM  
Blogger A fan said...

Du progressif comme à la belle époque !
Silvain Goillot, Albi, le 27 septembre 2005

Du progressif comme à la belle époque ! SILVER Lining nous balade sur le fil du "rêvoir". Ces musiciens là maitrisent les changements d'ambiance à la perfection. Tout est réuni pour nous faire voyager. Une envolée parfumés vers les pays imaginaires. Album concept oblige.

2:23 PM  
Blogger matthewmarks9407 said...

I read over your blog, and i found it inquisitive, you may find My Blog interesting. My blog is just about my day to day life, as a park ranger. So please Click Here To Read My Blog

http://www.juicyfruiter.blogspot.com

3:12 AM  
Blogger A fan said...

"Qu'une épée se dresse et tranche la tête de nos chimères !
Le prog français sait être nventif et vigoureux en ces jours obscurs où le rock cherche un second souffle à force de lézarder. Merci Musea !

Silver Lining a surgit, cordes tendus, pointant l'archet et nappant (in)délicatement nos humeurs à coup de mélodies et de lyrisme Le potentiel symphonique est-il une seconde nature dans la cité lyonnaise ? Il n'y a donc pas que des manieurs de ballons dans la capitale des Gaules. Force est de constater que The Inner Dragon regorge de trouvailles musicales et textuelles.

Le thème du Dragon est souvent abordé dans le rock progressif (chase the dragon ! ils disaient). Quoi de plus normal finalement Le chevalier progueux n'est-il pas en lutte perpétuelle contre le dragon de la musique dégressive (et agressive)?

Dès les premières notes on sent le côté épique du concept et une parfaite synchronisation entre le
piano, la guitare et le violon Puis se pose une voix nostalgique (?), craintive d'abord puis combattante au fil de l'histoire
Du bel ouvrage !
Une préférence ? Oui, sans doute "Opaline", "The Inner
Dragon" et "Lovestalgia" me parlent-ils davantage aujourd'hui.

Un Florrow sommeille en chacun de nous et Silver Lining sait le réveiller

Le rock progressif fêtera bientôt ses 40 ans d'existence (et de lutte). On pourra trouver quelques
références "soixantedisardes" chez Silver Lining, mais surtout cette bonne vieille tradition qui veut
qu'aucun groupe prog ne ressemble à un autre.

Alors keep on progin' messieurs ! Que les vents célestes vous soufflent d'autres concepts et vous portent longtemps telle une symphonie qui ne finit jamais

Yann
Quimper, Bretagne

4:45 AM  
Blogger Gilles SAUBIN said...

Bonjour,

Et bien je connaissais Pascal Indelicato (le Clavieriste, compositeur et au mastering). Il est notre Sonorisateur attitré de notre Festival Couleur d'afrique ---donc rien à voir avec le Rock progressif --- Mais récemment et avec étonnement nous nous sommes découvert cette passion commune.
J'ai écouté les extraits sur ce site et après l'avoir harcelé pour avoir l'album, c'est avec enthousiasme que je l'ai découvert.

Tout d'abord, premier ressenti : woooooooooowwwwwwwwwwwwww c'est que du bon !
Puis : "Vla un concept album, médiéval fantastique (une autre de mes passions) proche du "Role Play". On devient tous des Florrow ce Héros, après quelques écoutes.

Evidemment, on sent les influences des références du Rock progressif et des albums concept : Marillion notamment pour les parties synthés et guitares.
Je me suis donc remis mes vieux Marillion, mes vieux Pendragon, Ange etc...
Et cherché les similitudes.

Puis après 2 jours et un "Find the dragon, Kill the beast" lancinant, qui reste en boucle en mémoire, on se dit que le violon apporte vraiment la différence et Silver Lining ne ressemble à aucun autre groupe.

Alors dans mes références, j'ai désormais mes vieux Marillion (avec Fish surtout), Pendragon, Ange ET SILVER LINING.

C'est du bon boulot, du très bon boulot et je dois dire qu'un album concept est surement pas une chose facile à concevoir et bon nombre sont un peu "casse-gueule"...

Ben quand vous avez le temps d'en faire un autre ...

Et si vous ajoutiez aussi un peu de harpe la dedans (petit message subliminal)...

BRAVO !!!!

4:50 AM  
Anonymous Anonymous said...

tres intiresno, merci

5:07 PM  
Anonymous Anonymous said...

This comment has been removed by a blog administrator.

3:15 AM  

Post a Comment

<< Home